Cliquez sur les titres pour afficher ou masquer les articles.
Pour déclencher un diaporama, cliquez sur une image et appuyez sur la barre “espace” de votre clavier.
Pour un fonctionnement correct, attendez la fin de chargement de la page, Merci
Retour vers les autres années : Cliquez ici !

Le lundi 4 juin, nous nous sommes rendus au musée de l’abeille à Tilff. Comme tous nos copains et copines de l’école, nous préparons une exposition sur les animaux qui aura lieu le 26 juin prochain. Nous voulions apprendre des tas de choses sur ces animaux fascinants.

Nous avons quitté l’école à 8h pour nous rendre à la gare de Verviers. Nous avons pris un premier train jusqu’à la gare de Liège-Guillemins. Là, nous avons pris un deuxième train qui nous a emmenés à Tilff.

Arrivés au musée, nous avons mangé notre collation dans la cour car le soleil nous accompagnait. Ensuite, nous sommes entrés dans le musée où notre guide nous attendait.

Il nous a d’abord présenté un petit documentaire qui nous montrait les différentes sortes d’abeilles et leurs rôles dans la ruche. Il y avait la reine, les mâles ou faux-bourdons et les ouvrières. Quelle organisation !

Dans la salle du rez-de-chaussée, nous avons découvert toutes sortes de ruches. Notre guide nous a montré l’évolution des techniques de récolte du miel. Au début, la ruche était détruite quand il fallait récolter le miel. Maintenant, on le récolte par le dessus. Il y avait des ruches de différents pays et de différentes formes. Il y en avait même une en forme de tête.

À l’étage, nous avons vu des abeilles dans une ruche transparente. Notre guide nous a expliqué comment les abeilles faisaient pour communiquer entre elles et pour s’indiquer où on pouvait trouver des fleurs à butiner. C’était passionnant !

Après la visite, nous avons mangé et joué dans un parc avant de reprendre le train pour rentrer à l’école. C’était une journée amusante et riche en découvertes.

Les élèves de 3e-4e années

.

Dans cet album, vous allez retrouver toutes les activités, ou presque, que les élèves du cycle 3 ont vécues :
- Classes vertes au domaine des Fawes à Charneux
- Jogging pour la forme au stade de Bielmont

Du 26 au 29 septembre, nous sommes partis vivre quatre jours de découvertes au « Domaine des Fawes » avec l’école Mater Dei de Banneux.

À travers des activités autour de la mare, du ruisseau, des insectes, des oiseaux, nous avons pu toucher, comparer, expérimenter, …

Nous avons aussi vécu quelques heures comme au temps de Marcel avec sa vieille école. Nous avons lessivé, écouté de la musique au phonogramme, reproduit les gestes de nos arrière-grands-parents. Puis, nous avons construit des billes et lancé le bouchon.

Emile, lui, nous a emmenés percer les mystères du domaine à travers un grand jeu sur l’histoire du château qui nous abritait.

Et puis, il y a eu tous les bons moments de détente, de rires, de répétitions pour le spectacle, des soirées, …

Il y a aussi eu des moments de partage autour de repas, des moments sympas dans nos chambres et surtout, et c’est très important pour nous, des rencontres avec des enfants venant d’une autre école.

Ces petits « bonheurs » resteront, nous l’espérons, dans un petit tiroir de notre mémoire comme un souvenir de notre passage en 3e-4e années.

Les élèves de 3e-4e années.

Au début de la visite, nous nous sommes déguisés en patron, couturière, tisseuse, marchand de ploquettes, cardeurs, fileuses, récolteur d’urine ou trieuse.

Ensuite, nous sommes passés dans l’atelier des couturières. Si elles ne faisaient pas leur travail comme il le fallait, elles étaient mises à la porte.

Dans le bureau du patron, le marchand de ploquettes présentait ses échantillons de laine. Pour être sûr que c’était de la bonne laine, le patron utilisait ses cinq sens : le toucher, la vue, l’odorat, le gout et l’ouïe.

Quand la laine arrivait à l’usine, il fallait d’abord la trier. C’était le travail des trieuses. Quand elles rentraient de leur travail, elles avaient les mains grasses et douces.

Il fallait ensuite laver la laine. On ajoutait à l’eau de la Vesdre de l’urine que le récolteur d’urine apportait. Elle contenait de l’ammoniac qui est un très bon dégraissant.

Pour démêler la laine, on la cardait. C’était le boulot du cardeur. Quand c’était fait à la machine, c’était très dangereux car quand quelque chose était calé, il fallait l’enlever. Mais avant, il fallait bien arrêter la machine sinon, on pouvait perdre une main.

Ensuite, la laine était filée grâce aux fileuses. Quand un fil se tordait, il fallait le remettre en place.

La dernière étape, c’était le tissage. Et qui s’en occupait ? Les tisseuses bien sûr ! Ce travail consistait à tisser des draps, des tapis, des tissus, …

Les conditions de vie des ouvriers à cette époque étaient très difficiles car on devait travailler toute la journée et tous les jours dans de mauvaises conditions et pour un très petit salaire.

Même les enfants devaient travailler. Nous n’aurions pas aimé vivre à cette époque-là !

Cette visite était vraiment très agréable !

Les élèves de 3e-4e années.